N.S.F.F.C. (Not Scoring Forwards Football Club) : 1. Nicklas Bendtner

Publié le par Marcel RAMIREZ

Les Gunners d'Arsenal ont, depuis quelques temps, tout misé sur la jeunesse.
C'est ainsi que l'on a pu voir y débarquer en 2007, le danois Nicklas Bendtner.

Aujourd'hui âgé de 21 ans, le jeune attaquant, plutôt remplaçant c'est vrai, n'a pas encore énormément scoré pour son club. Et c'est bien pour cela qu'il est "so special"...

Doté d'une accélération quasi-nulle, et de la vitesse de pointe d'un éléphant tirant une caravane pleine, le jeune Gunner possède tous les atouts pour percer à son poste.
Si l'on ajoute à cela, une technique irréprochable, on ne peut que constater que les Londoniens possèdent un véritable joyau.

Je le redis, Nicklas n'a pas beaucoup marqué pour Arsenal.
Alors bien sûr, c'est arrivé : du haut de son mètre 91, il voit forcément passer des ballons aériens non loin de sa tête ; ainsi, par un immense concours de circontances, ledit ballon heurte ladite tête, et celle-ci, par un autre concours de circonstances, finit parfois sa course au fond des filets...
Ceci dit, pas de quoi fanfaronner : Sidney Govou lui-même, a déjà marqué 2 buts dans un même match, sans que l'on puisse pour autant le désigner par la suite par le terme de "buteur"...

Je tiens également à rappeler qu'à l'instar du poker, le football est affaire de probabilités : plus on est proche du but, plus on a de chances de marquer. Quelle coïncidence ! : le grand blond est attaquant !
Mais bon, sa précision est quelque peu défaillante, et rien ne l'arrête lorsqu'il s'agit de repousser les limites de l'incapacité à scorer.
Dans ses bons moments, il parvient même à s'extraire de la sphère ultra-médiatisée, et parfois monotone, du football, pour se hisser ni plus ni moins que jusqu'à celle, ô combien plus glorieuse, de la poésie (si si !).

Ce qui le fait appartenir à la race des seigneurs, c'est cette impression qu'il dégage : comme si rien ne pouvait le décourager dans sa quête... Il vient de rater l'inmanquable seul face au but vide ?! Qu'à cela ne tienne, il va remettre ça quelques minutes plus tard, et avec le même entrain...
Sur Youtube, un internaute avait mis en ligne une vidéo malheureusement indisponible aujourd'hui, contenant une compilation d'occasions manquées par le grand Nicklas, issue d'un seul et même match, et superbement titrée : "How much time will Bendtner miss ?" (Combien de fois Bendtner va-t'il raté, nom de dieu ?!).
On notera également, que même dans les vidéos censées avoir été compilées à la gloire du grand Nicklas, on voit autant d'occasions de buts manqués, que transformées...

Mais son chef-d'oeuvre, il l'a d'ores et déjà réalisé : en 2006, en Champion's League, face aux Reds de Liverpool :


A un moment où les Gunners semblaient sur le point d'achever leurs adversaires par un deuxième but, et de se faciliter par la même le match retour ; le génial Cesc Fabregas reprit comme il le pu un centre d'Adebayor, et alors que le tir, quoique contré, se dirigeait inexorablement vers le but d'un Pepe Reina archi-battu, le prodige Danois réussit l'impossible : il parvint à empêcher le ballon de pénétrer dans le but des Reds, par...

Mais qu'est-ce que c'était en fait ?!... Une tentative de talonnade ? Un évitement de la balle manqué, dû à une trop grande lenteur psycho-motrice ? Un nouveau pas de danse, certes élégant et novateur, mais placé à un moment on ne peut plus mal choisi ?... On ne sait... (Le génie, parfois, ne s'explique pas).

On s'attardera également sur le petit geste des mains du danois, effectué juste après cette action de classe internationale, en guise d'excuse envers ses partenaires, et qui montre que lui-même était bien loin de s'imaginer capable d'à ce point, tutoyer l'absolu...

Le coup de génie de Bendtner vient ici principalement du fait que personne à part lui n'aurait un jour eu l'idée de se placer juste devant la cage, à quelques centimètres de la ligne de but, dans pareille situation, sinon pour empêcher son coéquipier de marquer, et surtout de se faire briller, par ce geste inégalable. Aaaah l'égoïsme du buteur !...
Un placement et un geste qui s'avèreront d'ailleurs décisifs, puisque sans eux, Arsenal se serait sans doute qualifié pour la demi-finale de cette prestigieuse compétition.

Inutile de préciser que nous attendrons fièvreusement les nouveaux exploits de cet attaquant d'avenir, qui, on l'espère, perpétuera de telles performances encore longtemps, bien aidé par son mentor de renom : Arsène Wenger (qui parait-il, croit énormément en lui...).

Marcel RAMIREZ

(Ne manquez pas, prochainement, le numéro 2 de la série N.S.F.F.C : Mido !)

Commenter cet article